Réunion conseil du 14 novembre 2019

Travaux église, choix architecte:

Suite à deux propositions, le conseil municipal retient le mieux disant: Mr LEYS Bertrand pour l’étude et la réalisation de travaux à l’église.

Assainissement: tarif redevance 2020:

Tarif inchangé par rapport à 2019 : abonnement 165€ , eau 2.50€ le m3.

Achat défibrillateur, choix fournisseur :

Le conseil confirme sa décision d’acquérir un défibrillateur, et choisi comme fournisseur SEDI, mieux disant au prix ttc de 2178€

TE61: modification statuts et approbation rapport activités 2018:

Le conseil approuve les modifications de statuts du TE61: siège social à Valframbert, éclairage public: infrastructures sportives et éclairage événementiel, intégration des communes nouvelles.

Il approuve le rapport d’activités 2018

SIVOS primaire et maternelle Carrouges:

Le conseil, considérant les cas dérogatoires énoncés par le code de l’éducation s’engage à verser la participation financière concernant les cas dérogatoires au SIVOS. ( scolarisation en établissements spécialisés)

Participation financières aux charges de fonctionnement des équipements sportives de Carrouges:

Le conseil renouvelle sa demande de réunion et d’accord avant de prendre une décision.

Adressage des hameaux:

Su proposition du groupe de travail, le conseil valide le libellé des voies sur le territoire de la commune.

Vous pouvez passer à la mairie, pour connaitre le nom de voies et l’avancement de ce dossier.

Réunion du 11 juin 2019

Numérotation des maisons dans les hameaux:

Le Conseil municipal a décidé de procéder à la numérotation des maisons dans les hameaux et d’en confier la réalisation à la POSTE.

Devis proposé par la Poste 3300 € ht

Un groupe de travail est constitué, composé de Yves TRETON, Jean Yves PORTIER, Pascal MOREAU, Annie HANACHI, Marie Claire DESSAINT.

Indemnité au comptable du Trésor:

Accord du conseil municipal pour l’indemnité de conseil et confection du budget, à Mme DEBANNE, receveur à la Ferté Macé.

Lutte contre la prolifération des frelons asiatiques:

Accord pour adhérer au programme de lutte contre la prolifération des frelons asiatiques du Conseil Départemental : subvention de 33% du coût ttc de la facture du prestataire pour la destruction des nids, avec un plafond de 50€.

Accord pour participation communale à hauteur de 33% avec un plafond de 50€.

Vente partie voie communale à la Joignière et 4 impasse des champs:

A la demande des riverains, accord du conseil pour vente partie voie communale, aux conditions habituelles, à la Joignière et au 4 impasse des champs.

Réalisation d’enquêtes publiques.

Vente ancien photocopieur:

Vente ancien photocopieur de la mairie, s’adresser au secrétariat.

Panneaux Villes et Villages Fleuris :

Suite au changement du logo et à la demande du Conseil National des villes et villages fleuris, le conseil municipal est d’accord pour procéder au changement du visuel sur les panneaux.

Enduit voie impasse des étangs.

Le conseil municipal donne un accord pour faire réaliser un enduit sur la voie “impasse des étangs”.

Réunion du 4 avril 2019

ORDRE DU JOUR /

Vote compte administratif commune 2018 :

fonctionnement: report  71 709.22€ , dépenses 110 903.83€, recettes 134 183.13 €, résultat 23 279.30€, résultat clôture 2018: 94 988.52 €

investissement: résultat clôture 2017: 31 285.48€, dépenses exercice 36 980.47€, recettes exercice 893.97€, résultat exercice – 36 980.47€, résultat clôture 2018 – 4 801.02€. Restes a réaliser en dépenses 24 220.41€

Indemnité gardiennage de l’église :

Indemnité votée de 120.97€pour le prêtre.

Vote des taux des 4 taxes :

Taux inchangés, reconduits pour 2019 :

taxe habitation   11.49%, taxe foncier bâti 10.67%

Taxe foncier non bâti  13.87%, Taxe prof. CFE 9.49%

Vote des subventions 2019 :

Montant voté : 8660 €

Achat armoire forte :

Dans la cadre de la RGPD ( règlement général protection des données), acquisition d’une armoire forte, pour rangement des documents et dossiers sensibles : 1095€ ht, 1314€ ttc.

Achat matériel service technique:

Acquisition de divers matériels, somme prévue au budget 1545.14€

Numérotation des maisons dans les hameaux:

Le  conseil décide de procéder à la numérotation des maisons dans les hameaux pour une meilleure localisation, et charge les services de la Poste de ce dossier.

Vote du budget 2019 :

Budget  total  :  équilibre à  246 728.52€

Fonctionnement équilibre à 197 007.09€

Investissement équilibre à 49 721.43€

Réfection et isolation de la couverture de la mairie :

Entreprise retenue  TOUTAIN Julien.

Réunion 19 mars 2019

ORDRE DU JOUR :

Budget assainissement :

Vote du compte administratif et du compte de gestion 2018. Vote du budget 2019.

Avenant à la convention SATTEMA pour suivi station épuration.

Préparation du budget commune 2019 :

Accord du conseil municipal pour travaux eaux pluviales au village de la Bissonnière pour un montant de 1885.60 € ht, et l’acquisition d’un isoloir normes handicap, pour les prochaines élections 316€ ht.

Personnel:

Proposition de promotion interne pour l’agent technique, et création poste agent de maitrise.

 

 

Réunion conseil du 24 janvier 2019

Ordre du jour :

Réfection toiture mairie :

La couverture de la mairie est certainement d’origine et en mauvaise état.Le conseil municipal à l’unanimité décide de prévoir la réfection de cette couverture et charge Monsieur le Maire:                                                                               -de demander des devis à plusieurs artisans,                                                                          -de déposer auprès de la Préfecture une demande de subvention.

Transfert compétences à la CDC du Pays Fertois et du Bocage Carrougien: 

  Le conseil municipal, par : 3 voix contres, 2 abstentions, 4 pour, accepte la réintégration de la compétence ” équipements touristiques” aux compétences facultatives de la CDC du Pays Fertois et du Bocage Carrougien.

Concernant le transfert des compétences eau et/ou assainissement collectif à la CDC du  Pays Fertois et du Bocage Carrougien, initialement prévu au 1er janvier 2020 et reporté au 1er janvier 2026( sous certaines conditions) , le conseil municipal à l’unanimité:                                                                                                      -décide de ne pas demander le transfert de la compétence “eau” au 1er janvier 2020                                                                                                                                                             – décide de demander le transfert de la compétence”assainissement collectif à la CDC au 1er janvier 2020.

Effacement des réseaux à la Hubonde:

Monsieur le Maire informe le conseil municipal, que lors de l’effacement des réseaux au Bourg, il avait été envisagé de prolonger jusqu’au hameau de la Hubonde.                                                                                                                                                     Pour des raisons financières ces travaux n’ont pu se réaliser.                                       Le conseil municipal à l’unanimité, charge Monsieur le Maire de demander au TE61(Territoire Energie) une étude pour l’effacement des réseaux à la Hubonde.

Station de relevage assainissement collectif:    

Pour des problèmes de sécurité,  en cas de panne des pompes, le conseil municipal décide de prévoir sur l’armoire du poste de relevage, une installation d’une balise lumineuse, pour alerter en cas de défection des pompes de relevage; cout estimé 489 € ht.

Résolution du 101ème congrès des Maires de France:

Le conseil municipal décide de soutenir la résolution adoptée lors de dernier congrès de l’Association des Maires de France,dans ses discussions avec le Gouvernement.

 

 

 

    

 

 

Présentation

Notre village

Sainte Marguerite de Carrouges est une charmante commune de la Normandie, située dans le département de l’Orne.

Au sud, le département de la Mayenne et la ligne de partage des eaux de la Manche et l’Atlantique sont à environ 4 km à vol d’oiseau.A l’Est, la préfecture d’Alencon et la cité épiscopale de Sées sont à une trentaine de km, au Nord la sous-préfecture d’Argentan à une vingtaine de km et, à l’Ouest, la ville de la Ferté Macé à 16 km.La ville thermale de Bagnoles en Normandie est distante d’une vingtaine de km.

Au centre du Parc naturel Normandie-Maine, Sainte Marguerite fait partie avec 18 autres communes , depuis le 1er janvier 2017, de la CDC du Pays Fertois et du Bocage Carrougien. Située en plein bocage, aux abords de la forêt d’Ecouves,épargnée par les pollutions industrielles,la commune offre la beauté de ses paysages et une incontestable qualité de vie.

Le paysage est vallonné, l’altitude variant entre 200 et 291 mètres.Trois cours d’eau drainent le territoire communal : la rivière l’Udon et les ruisseaux de Coupigny et du Bois Landry. 

Au centre du bourg,l’église paroissiale, classée des XI-XV siècles, mérite une visite. Autour de l’église, les maisons de granit, massives et coiffées d’un toit d’ardoises, forment un ensemble remarquable .

En dehors du bourg,les maisons sont groupées en hameaux,appelés “villages”. Ils se répartissent aussi bien sur les croupes granitiques qu’au fond des vallons du bocage.

Le sous sol de Ste Marguerite de Carrouges est essentiellement granitique, sauf à l’extrémité nord, ou il reste une petite bande de schiste dur, métamorphosé par le granit sous jacent.

Sue ce schiste recristallisé, on trouve deux buttes, l’une d’altitude 248m prés du Grand Chandon, l’autre d’altitude 269 m, en lisière du bois de Ste Marie,qui limite Ste Marguerite de Menil Scelleur.

Le paysage est valonné comme celui de toutes les régions granitiques. Dans les petits vallons s’écoulent les ruisseaux alimentés par les suintements des eaux qui s’accumulent dans l’arêne superficielle. Le fond des vallées est recouvert d’alluvions récentes en bordure de ruisseaux.

Sainte Marguerite compte actuellement 225 habitants répartis entre le bourg et les différents hameaux.

Comme bon nombre de communes rurales, la population a décru régulièrement. On assiste maintenant à une stabilisation, voir une augmentation,et surtout un rajeunissement avec l’arrivée de jeunes ménages.

Le rôle du conseil municipal

Le conseil municipal est l’organe délibérant de la commune.

Il se réunit  au moins une fois par trimestre , su convocation du Maire ou sur demande d’un nombre suffisant de conseillers municipaux.

Il examine et délibère sur les points figurant à l’ordre du jour.

Un peu d’histoire

HISTOIRE LOCALE

Ste Marguerite de Carrouges n’est érigée en commune que depuis 1867, auparavant Ste Marguerite était une section de Carrouges, ou se situe entre autre l’église.

Avant la révolution, il n’existait pas d’église au bourg de Carrouges, mais les habitants avaient à leur disposition l’église paroissiale de Ste Marguerite.

En 1802, Carrouges fut distrait de Ste Marguerite et érigé en chef lieu de canton et doyenné.

Pour l’église,on prit l’ancien grenier à sel,mais comme il était loin d’être en état de pouvoir servir au culte, les offices se firent jusqu’en 1807 dans l’église de Ste Marguerite qui n’était plus à ce moment là qu’une annexe de Carrouges.

Il en résultat une suite interminable de conflits et de réclamations( peut-être cité en exemple, l’inhumation problématique du sieur L…, ex assesseur du juge de paix du canton de Carrouges, le 12 novembre 1810,qui avait manifesté l’intention d’être enterré dans le cimetière de Ste Marguerite et non à Carrouges)

Tout ne fut remis en place que lorsque Ste Marguerite redevint paroisse, c’est à dire en 1820.

Quelques dates :

8 mars 1711 : Réconciliation du cimetière de Ste Marguerite de Carrouges après rixe et effusion de sang.

7 octobre 1714 :Bénédiction de la grosse cloche par Mgr Barnabé de Turgot.

An II 17 vendemiaire : Arrestation à Alencon de Jean Louis BESNARD, ancien vicaire de Ste Marguerite, insermenté.Condamné à la déportation, il mourut à l’île d’Aix en 1794. Son titre de prétimonier nous fait croire qu’il fut l’un des instituteurs ( il semble bien que les écoles, pour la commodité des instituteurs étaient groupés autour de l’église de Sainte Marguerite)

8 1 thermidor : Les citoyens sont convoqués dans l’église de Sainte Marguerite en vue de la réorganisation de la garde nationale.

4 messidor an X (23 juin 1802) : Les habitants de Sainte Marguerite adressent une supplique à l’évêque et demandent que leur église soit conservée .

La commune compte plus de 2000 âmes qui sont toujours demeurés constamment attachés à leur religion. Le transfert à Carrouges les priveraient grandement , le bourg ne contient qu’une poignée de monde à l’extrémité de la commune.

Chemins impraticables

Eglise belle,étendue non dévastée

Grand cimetière, bien enclos, non aliénés

Ancien presbytère avec beau jardin .

La construction d’une nouvelle église au bourg de Carrouges coûterait au moins 40 000 frs pour satisfaire au  6 ème de la commune résidant au bourg .

environ 210 signatures .

1822 : Le conseil donne avis favorable au voeu des habitants de Sainte Maguerite qui réclament l’érection de leur section en commune,la division existant dèja au spirituel, voeu renouvelé en 1835.

12 juillet 1864 :  Le préfet donne un avis favorable pour l’érection en commune de la section de Sainte Marguerite.

31 décembre 1866 : Installation du conseil municipal de la nouvelle commune de Sainte Marguerite de Carrouges, distraite de l’ancienne commune de Carrouges et érigée en commune distincte et séparée en vertu d’une loi du 13 juin 1866 . Maire : Monsieur LEMIERE, ancien maire de Carrouges.

Disparition de la Paroisse

Avant la révolution, il n’existait pas d’église au bourg de Carrouges, mais les habitants avaient à leur disposition l’église paroissiale de Ste Marguerite.

Aprés le Concordat, les gens du bourg exprimèrent le désir de posséder avec une église, un curé et un presbytère qui leur fussent propres et moins éloignés que ceux de Sainte Marguerite ( Sainte Marguerite de Carrouges est distant de 2 kms)

Le 14 juin 1802,le conseil transmit ce voeu au Préfet et à l’Evêque qui l’approuvèrent. Dés les premières démarches, la section de Sainte Marguerite s’alarma de se voir dépouillée de son rôle de chef lieu spirituel de la commune et elle adressa à l’Evêque une énergique protestation contre les prétentions des gens du bourg ” une poignée d’habitants situés à l’extrémité de la paroisse”.Malgré une longue et âpre campagne, la construction du temple nouveau se poursuit.

Sainte Marguerite cessa d’exister comme paroisse et ne fut plus qu’une annexe de Carrouges . D’ou des difficultés sans nombre (novembre 1810 , inhumation problématique du sieur L….. )

C’est en 1820,seulement que Sainte Marguerite retrouva son indépendance.

Sainte Marguerite

Chrétienne très jeune,bien que née d’un prêtre de Jupiter ( a Antioche en Psidie), elle fut chassée par son père irrité de sa conversion. Elle se fit alors bergère.Un fonctionnaire s’éprit d’elle , voulut l’épouser et à son refus la livra aux autorités qui tentèrent en vain de lui faire abandonner sa foi.Alors la noble fille fut flagellée, ses flancs furent déchirés avec des tenailles et des crochets.Elle n’en mourut pas cependant .Le lendemain elle subit même sans faiblir le supplice du feu et fut finalement décapitée( 20 juillet 275).

En mourant elle aurait exprimé le voeu que les femmes qui se réclameraient d’elle eussent une heureuse délivrance. Elle est invoquée contre les maux des reins, les femmes en mal de stérilité lui demandent aide puis un enfantement normal.

A Saint Germain des Prés, à Paris, on possédait une ceinture de Ste Marguerite que, dans le même but,s’appliquaient les futures mères pendant qu’on leur lisait l’évangile.Elle est la patronne des fileurs et des fileuses.

Elle est la patronne de Sainte Marguerite de Carrouges ou l’on garde de ses reliques dans un coffret au dessous de sa statue, au maître autel,coté évangile. Cet ouvrage de pierre ,XVIIeme siècle , la montre vêtue d’un drapé, elle tient de la main gauche une haute croix et un rameau, la droite serrait une hampe disparue( houlette ou lance),derrière elle,rampe un monstre,la gueule menaçante.
 

Au pied du mur de soutènement du cimetière se voit une source maçonnée dont il serait bien étonnant qu’elle n’ait pas été autrefois l’objet d’un culte .

Les associations

LES AMIS DE STE MARGUERITE DE CARROUGES

 

En 1974,un groupe d’amis se réunissait sous la directive de Jacques LEPASTEUR, alors maire de la commune, avec le soutien de Messieurs D’ANDIGNE (conseiller généra) et GOURHAND (Directeur départeantal des archives),en vue de créer une association dont le but serait la sauvegarde de l’églse de Ste Marguerite de Carrouges .

Eglise d’origine romane, dont le maître autel,le tabernacle,le rétable d’époque Louis XIII, des statues pierre et bois sculptés fin XVII début XVIII,chaire à prêcher fin XVI début XVII, le chapitrel, sont classées monuments historiques.

L’association ” Les Amis de l’église de Ste Marguerite de Carrouges” voit donc le jour le 25 mars 1974 et le 16 niovembre 1985, elle deviendra ” les Amis de Ste Marguerite de Carrouges”

Son but :

-protéger le patrimoine communal en le restaurant, en l’aménageant et , en particulier sauvegarder son église.

– assurer l’animation populaire, artistique,sportive et culturelle du village.

Le premier bureau élu était constitué de :

Président : Jacques LEPASTEUR

Vice Présidents : Solange RICHARD -Emile MARGUERITE

Secrétaire trésorier : Yves TRETON .

L’association a organisé diverses manifestations dans le but de récolter des fonds pour :

-aider au financement des travaux

-participer aux frais des rencontres inter générations

-soutenir la protection du site et son environnement

fêtes villageoises depuis 1976

soirées dansantes depuis 1983

nombreux concerts

En 2003, les membres de l’association approuvent l’idée de confectionner des épouvantails à l’occasion de la fête en juillet.

Plusieurs présidents se sont relayés pour assurer avec succès l’animation et le fonctionnement de cette association :

Emile MARGUERITE – Daniel DAIDECHE- Therese TRETON.

Faute de bénévoles, l’association a été dissoute courant 2017.

Merci à toutes celles et à tous ceux, qui pendant plus de 40 ans ont participé à l’animation de la commune et aidé au financement des travaux importants à l’église.

 

Le conseil municipal

 

 Il est composé de 11 membres .

 Maire : Yves TRETON

 Maires adjoints : Jean Yves PORTIER

 Pascal MOREAU

 Conseillers : Carmen FLEURY

 Hermann LOUVEAU

 Marcel TOULAIN

 Corinne DESFRIECHES

 Didier DELAHAYE

 Marie Claire DESSAINT

 Annie HANACHI

 Patricia ROLLAND

Histoire,activité économique

SITUATION ACTUELLE

La commune ne compte plus à ce jour aucun commerce.Le dernier a fermé depuis une quarantaine d’années, celui de Mme BOUDIER : épicerie-café .

La principale activité sur le territoire de la commune est l’agriculture avec seulement 3 sièges d’exploitation : productions principales : viande,céréales,poulets.Une de ces exploitations est spécialisée dans les produits cidricoles.

L’artisanat a été bien représenté , mais à ce jour,nous ne comptons plus que deux activités : un artisan multi-services et un artisan plombier-chauffagiste.

Les salariés,relativement nombreux,ont leur activité sur les bassins d’emploi environnants.

De nombreuses résidence secondaires.Notre commune est également appréciée par nos Amis Anglais,qui ont plusieurs résidences.

HISTORIQUE

La principale activité de notre commune a toujours été l’agriculture,en 1962,nous comptions 47 exploitations,38 en 1968,27 en 1975,20 en 1979.

Les archives communales nous indiquent une forte activité économique au siècle dernier : en 1886, la commune comptait 51 professionnels ( en dehors de l’agriculture) 44 en 1881,52 en 1906 et 14 en 1931 .

En 1866,nous notions :1 aubergiste,2 cantonniers,4 charpentiers,5 couvreurs,1 prêtre,2 épiciers,1 instituteur,2 maçons,1 marchand de quatre saisons,3 maréchaux-ferrants,3 meuniers,3 menuisiers,11 mouleurs,3 tisserands,1 taupier,1 sacristain,1 plâtrier,1 tailleur(couturier),1 tailleur de pierres,4 militaires.

D’anciennes constructions ou vestiges nous permettent de retrouver trace sur Ste Marguerite d’activités soutenues : fonderie,production de farine,carrière de granit.

Haut fourneau,fonderie :

Au lieu-dit ” le fourneau”, a été établi vers 1540,un haut fourneau,par les

LE VENEUR seigneurs de Carrouges.

Reconstruit vers 1571,il alimentait en fonte la forge de Carrouges,sise à St Martin l’Aiguillon.

Reconstruit à nouveau vers 1787 avec une halle, restaurée en 1837, il est signalé en ruines lors de sa vente en 1854.

Fonds acquis en 1855 par Jules ROUSSEL, maître de forges, et installation d’une fonderie de seconde fusion équipée d’un bocard à 10 pilons.

Cessation d’activité vers 1870.

Moulin à farine :

Situé au “Moulin de Chandon”,sur l’Udon, en 1809,il produisait quotidiennement 3 quintaux de farine de seigle et orge.

Cessation d’activité vers 1950.

Carrière de granit :

Cette carrière,dont on peut encore voir des vestiges,se situe au lieu-dit “la Vente .

En dernier, elle était exploitée par Henri DEMENAY.Son fils Jacques,habitant la commune a travaillé avec son père,pour l’exploitation.

Bon nombre de pierres tombales dans le cimetière,proviennent de cette carrière.

La stèle,pierre brute,qui se trouve sur la place Jacques LEPASTEUR,en provient.